Interview : Abdellatif Idmahamma, Secrétaire Général de la FRMG et du CNOM

Interview : Abdellatif Idmahamma, Secrétaire Général de la FRMG et du CNOM

« Le golf se pratique dans le respect total d’une étiquette rigoureuse »
Pratiquer le golf contribue à former de bons citoyens, au-delà de la performance sportive. Abdellatif Idmahamma nous explique pourquoi.
Selon vous, quel rôle joue le golf dans le développement personnel des jeunes ?
Il est communément admis que le développement personnel fait référence au regard positif que la personne se doit de porter sur elle-même. Il ambitionne donc de faire parvenir à une meilleure connaissance de soi, à une plus grande confiance en soi et à l’amélioration de l’estime de soi. C’est forcément un cheminement qui se fait tout au long des différentes étapes d’un parcours de vie. J’estime que le golf, particulièrement pour les jeunes, est une formidable opportunité d’utiliser, au mieux, leurs capacités et leurs potentiels sur les parcours, là où ils sont confrontés, en permanence (dans le sens positif du terme), à eux-mêmes, aux autres éventuellement et à leur environnement du moment. De ces confrontations résultent nécessairement d’abord une meilleure connaissance de soi et ensuite, une meilleure estime de soi.

Le golf est reconnu comme étant le meilleur sport pour l’activité physique tout au long d’une vie. Peut-on dire que c’est également un excellent sport pour développer ses compétences personnelles ?
Le golf est, par excellence, le sport qui peut se pratiquer dès la plus tendre enfance jusqu’à l’âge le plus avancé possible. Les parcours de golf restant les mêmes ou changeant très peu, l’évolution du matériel de golf n’étant vraiment significative que pour les pratiquants de haut niveau, les seules variables qui restent sont donc les capacités physiques et mentales du joueur de golf. La magie du golf consiste à amener ce joueur, au fur et à mesure qu’il avance en âge, à utiliser certaines de ses compétences plutôt que d’autres, voire à développer de nouvelles compétences. Dans son jeune âge, le joueur a plutôt tendance à utiliser pleinement sa force et ses aptitudes physiques. Et au fur et à mesure qu’il avance dans l’âge, il a tendance à utiliser davantage la précision, la tactique et la stratégie.

Quand on joue au golf, on est face à soi-même dans la réussite comme dans la défaite. Comment appréhender positivement tout cela quand on est jeune golfeur, surtout pour les jeunes professionnels qui veulent en faire leur métier ?
Le propre de tout sport individuel est que le joueur est confronté, in fine, à lui-même. Si réussite il y a, le joueur se doit de la fêter en toute lucidité. Par contre, je ne parlerai pas de défaite ou d’échec, si le joueur ne parvient pas à atteindre les objectifs qu’il s’est fixé, je dirai plutôt qu’il a, là, une formidable opportunité d’apprentissage, une formidable occasion de tirer les leçons et des enseignements pour l’avenir. Évidemment, il faut beaucoup de recul, beaucoup de maturité pour parvenir, seul, à cet état d’esprit. Mais pour la plupart des joueurs, cela se développe et ne peut se développer que grâce à l’accompagnement adéquat par un coach mental. Cet accompagnement est incontournable, si le jeune golfeur veut faire du golf son métier

Respect, confiance, apprentissage continu… sont autant de valeurs que l’on retrouve dans le golf. Peut-on dire que c’est une école de la vie ?
Le golf, une école de la vie. Cela fait référence à la dimension culturelle et sociale du sport.
La société, pour se perpétuer, dans l’harmonie, a besoin d’éléments qui la renforcent et la cimentent. Ces éléments sont les valeurs qui réglementent les rapports des citoyens entre eux et leur permettent de vivre en commun. D’évidence, ce sont les valeurs de respect de confiance, d’éthique, d’équité, d’émulation etc. Le sport, en général, cristallise et donne corps à ces valeurs et le golf plus particulièrement. En effet, le golf se pratique dans l’expression explicite et le respect total d’une étiquette rigoureuse qui repose sur deux principes fondamentaux : le premier principe, c’est que le joueur est seul pleinement responsable de ses actes, le deuxième principe, c’est le total respect de l’autre. Permettez-moi d’oser une dernière comparaison du golf avec ces cérémonies initiatiques, en Afrique et ailleurs, qui, pour consacrer le passage de l’adolescence à l’âge adulte, testent la capacité du postulant à faire appel aux valeurs de courage, ténacité, solidarité, endurance etc. Oui, le golf est une formidable école de la vie.

Social & newsletter

Magazine édité par Manisport

Search