Tournoi

Tournoi majeur

Dans le monde du golf, koepka est surnommé biceps !

Brooks Koepka se fraie un passage vers sa balle au beau milieu de la foule new-yorkaise. Dustin Johnson a mis la pression sur Brooks Koepka. Jordan Spieth a retrouvé son putting à Bethpage.

Monstrueux. Ce qualificatif, de nombreux joueurs ayant participé à l’USPGA, passé cette année du mois d’août au mois de mai, l’ont employé en parlant de Brooks Koepka, vainqueur de ce tournoi majeur créé en 1916. Car cet Américain de 29 ans a écrasé (ou presque) la concurrence sur le parcours Black de Bethpage, considéré comme un des parcours les plus difficiles du monde. À l’entrée de ce parcours public de Long Island, dans la banlieue de New York, un panneau indique d’ailleurs qu’il n’est réservé qu’aux joueurs d’expérience et de très bon niveau !
Leader dès le premier tour après un incroyable 63 (-7) suivi d’un sidérant 65 (-5), Koepka s’est finalement imposé avec deux coups d’avance sur Dustin Johnson pour remporter son 4ème tournoi du Grand Chelem. Avec cette victoire, la 4ème dans les 8 derniers majeurs qu’il a disputés, le Floridien a repris le titre très volatil de n° 1 mondial à Dustin Johnson. Une victoire qui semblait facile au départ du dernier tour et qui s’est révélée plus compliquée qu’il n’y paraissait.
Leader avec 7 coups d’avance sur l’inconnu Harold Varner, Koepka semblait se diriger vers une victoire sans histoire. Sauf qu’un vent à plus de 25 km/h, la pression et un public tout acquis à la cause de Dustin Johnson ont fait légèrement dérailler son swing d’horloger. Des mises en jeu moins précises, des coups de fer plus loin des drapeaux et un putting plus timide ont compliqué sa tâche dans les 9 derniers trous avec 4 bogeys consécutifs du 11 au 14 et un 5ème au 17.
Tout d’un coup, tout devenait possible, Dustin Johnson étant revenu, à quelques trous de la fin, à un coup seulement du leader. Mais, c’est là que l’on a pu mesurer la force mentale de celui que ses pairs surnomment « Biceps» tant son physique est impressionnant et sa puissance sur ses mises en jeu phénoménale.
Tiger Woods qui a partagé les deux premiers tours (et raté le cut) avec lui peut en témoigner: « Brooksy drive à 300 mètres au milieu du fairway, joue des fers 9 quand la plupart de nous tapons des fers 5 ou des fers 4 et putte très bien ». Tiger est même admiratif de son parcours professionnel : « Ce qui est remarquable, ce n’est pas qu’il remporte quasiment un majeur sur deux en ce moment, c’est de voir par où il est passé pour en arriver là, avec son apprentissage sur le Challenge Tour et l’European Tour où il a fait ses armes. Et à 29 ans, il a encore de belles années devant lui ».
Profitant de deux bogeys tardifs de Dustin Johnson, Brooks Koepka se présenta sur le 18 avec deux coups d’avance. Et malgré un drive à gauche dans les hautes herbes en bordure d’un profond bunker de fairway, il a sauvé le par pour une dernière carte de 74 et une victoire à 8 coups sous le par. Il a ainsi conservé son titre et a brandi une nouvelle fois le WanamakerTrophy. Désormais, Brooks Koepka ne pense plus qu’à défendre son titre à l’US Open à Pebble Beach (il est double tenant du titre) pour ajouter un cinquième trophée du Grand Chelem à son palmarès et rejoindre Phil Mickelson au panthéon des joueurs majeurs.

Social & newsletter

Magazine édité par Manisport

Search