facebook twitter plus                                                                                                                                                                                                                   Mon compte

Christian Cévaër, Coach du Team ATH

Les pros marocains ne doivent plus faire de complexes

Récemment nommé coach du Team ATH, Christian Cévaër a d’abord été un joueur sur le circuit européen où il compte deux victoires. Grand spécialiste du petit jeu et du putting,le Français va donc faire partager son savoir aux pros marocains.

Christian-Cevaer

Vous avez récemment été nommé coach du Team ATH. Expliquez-nous votre parcours.
Je suis né en Nouvelle-Calédonie où j’ai découvert le golf à 11 ans. Mais c’est à Tahiti que j’ai été formé au swing par le pro Exalt Hopu. Puis j’ai passé quatre ans au lycée de Pebble Beach en Californie suivi de quatre ans de plus à l’université de Stanford. J’y ai été «All American», et en Europe, champion de France amateur et du British Youths Open avant de passer pro en 1993. Monté sur le circuit européen, j’ai remporté deux tournois, l’Open d’Espagne 2004 et l’European Open 2009. Il y a trois ans, à 43 ans, j’ai mis un terme à ma carrière professionnelle de 20 ans pour me consacrer au coaching. Je voulais faire partager mes connaissances particulièrement dans le «scoring game», sachant que j’avais été un des meilleurs joueurs autour et sur les greens du circuit européen.

C’est donc pour ce dernier aspect que vous avez été approché par l’Association du Trophée Hassan II ?
En partie, oui. J’ai été approché par Lalla Soumia El Ouazzani, directrice générale de l’ATH, et tout le management de l’Association du Trophée Hassan II. On s’est rencontré à Marrakech lors de stages que je donnais. On m’a proposé de faire un essai, une première intervention lors d’un tournoi commun à l’Atlas Pro Tour et du Pro Golf Tour à Mohammedia. J’y ai rencontré les joueurs, les ai observés en tournoi, tout en contribuant tout de suite à l’amélioration de leur petit jeu. Ensuite, je les ai vus une deuxième fois au Championnat du Maroc à Essaouira. Après ces deux essais, j’ai été confirmé au poste de coach du Team ATH. Depuis, je suis les joueurs du team régulièrement.

Quel est votre premier diagnostic sur le golf professionnel marocain ?
Dans le groupe élite, il y a en gros deux types de profil : les expérimentés et les plus jeunes. Le premier groupe est composé des plus âgés, les Fayçal Serghini, Younès El Hassani et Amine Joudar, qui sont toujours, à ce jour, aux avant-postes du golf national.
Mais l’ambition du golf marocain est de se rajeunir et d’aider au mieux les espoirs comme Mehdi Saissi, Mustapha El Mouas, Ahmed Marjane… à s’exprimer au plus haut niveau. Car ils sont encore jeunes et je constate qu’ils manquent encore de maturité dans leur jeu.
Sinon, s’il fallait poser un diagnostic général, je dirais que comme la France il y a 20 ans, ils souffrent vraisemblablement encore d’un complexe vis-à-vis des joueurs européens, bien qu’ils soient leaders du golf arabe. Il leur faut plus de toupet, d’audace et de confiance. Avec le préparateur physique du Team ATH, Christopher Warden, nous nous efforçons de les aider à mieux se connaitre, à mieux comprendre leur corps, leur swing et leur jeu, à leur donner les éléments pour qu’ils puissent sentir leurs progrès, et leur faire prendre conscience que la vie professionnelle exige beaucoup de rigueur.

Quels sont les objectifs en termes de résultats ?
Aujourd’hui, les pros du Team ATH évoluent sur l’Atlas Pro Tour, le Pro Golf Tour allemand et le Mena Tour qui sont tous des circuits de 3ème division. A long terme, l’objectif est de leur faire grimper les échelons et de les amener sur des circuits de division supérieure car nous devons viser le plus haut possible.

Que faites-vous quand vous n’êtes pas au Maroc ?
Vous savez, ma mission ne m’oblige pas à vivre au Maroc. Je vis donc en France avec ma famille. Sinon, Je suis pro au golf de Saint-Cloud, près de Paris, où j’exerce les fonctions de coach de l’équipe de St Cloud et de l’élite juniors. Je suis aussi coach privé au travers de la Christian Cévaër Green Academy qui est surtout spécialisée
dans le scoring game pour golfeurs de tous niveaux. J’anime quelques stages
«au soleil» et joue quelques pro-ams. Je fais aussi du consulting télé pour quelques tournois diffusés par Golf Plus et j’anime des journées sociétés.

Quand vous étiez pro, vous avez disputé quelques tournois au Maroc. Quels souvenirs en gardez-vous ?
La première fois, c’était une invitation à disputer le Trophée Hassan II au Royal Golf Dar Es Salam, à l’époque où ce tournoi n’était pas encore sur le circuit européen. Je me souviens d’avoir terminé 3ème de cette édition 1995 qui avait été remportée par Nick Price. Ensuite, j’ai le souvenir d’avoir joué le Golf du Palais Royal d’Agadir, quand l’Open du Maroc s’y disputait. C’était un privilège de jouer sur ce parcours privé créé par Robert Trent Jones Sr.
C’est toujours un plaisir de venir dans ce pays très attachant, soit en vacances, soit pour y organiser des stages et maintenant pour le Team.

Dernière question, quelles qualités faut-il pour être un bon coach ?
Il faut d’abord de l’expérience et du vécu il me semble. Il faut ensuite de l’écoute, une sensibilité à la psychologie, et de bonnes qualités humaines. Par la force des choses, le coach devient un confident à qui le joueur va se livrer. On doit savoir encourager son joueur et l’aider à garder le cap. Le coach se doit d’être rigoureux et, vis-à-vis d’un groupe, avoir de l’autorité afin de ne pas hésiter à recadrer ses joueurs, si nécessaire.

Flash news


last-mag-en-ligne

 

 
  Golf du Maroc.com

 img face footer icone twitter img rss 2 icone message

Abonnez-vous à la newsletter

 
 
Qui sommes-nous sep Plan du site sep Conditions d'utilisation sep Politique de confidentialité sep Carrière

  Annoncez avec nous sep  Abonnez-vous  sep Signaler un problème sur Golfdumaroc.com

  ©2014Tous droits réservés. Golfdumaroc.com